Lorsque l’on recherche activement du travail, il arrive que plusieurs propositions d’emplois se télescopent, ou que l’on découvre que le poste convoité ne correspond finalement pas à ses attentes. Refuser une proposition d’embauche ne se fait pas à la légère et demande franchise, courtoisie et tact.

 

Refuser avec tact et courtoisie

Toute la difficulté consiste à décliner l’offre sans couper les ponts. Il est en effet important de garder le contact, car on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir. En effet, il serait dommage de ne pas être recontacté par le recruteur si une autre opportunité se présentait. N’oublions pas non plus qu’il existe un véritable effet réseau en matière de recrutement. Les professionnels d’un même secteur sont amenés à discuter et peuvent parler des candidats qu’ils ont jugés malpolis.

Certains comportements grillent définitivement les postulants. Il y a ceux qui ne répondent plus au recruteur après l’entretien et d’autres qui se contentent de laisser un message sur répondeur téléphonique pendant les heures de fermeture de l’entreprise, parfois même la veille d’entrer dans leurs fonctions.

 

Donner une réponse rapide mais pas trop

Même si les recruteurs sont embêtés de voir le meilleur candidat leur échapper, ils préfèrent connaître leur position le plus tôt possible et ne leur en tiennent pas rigueur si le refus est motivé et signifié rapidement.

Toutefois, il faut bien faire attention à ne pas décliner une offre à chaud et notamment en fin d’entretien. L’attitude idéale consiste à prendre du recul pour réfléchir à tête reposée à l’ensemble des conditions de la proposition. Cela peut parfois présenter des avantages intéressants derrière un aspect peu engageant.

 

De préférence par téléphone, ou encore par mail

Les recruteurs préfèrent généralement être informés d’un refus par téléphone. Ils apprécient cette démarche plus directe, plus franche et plus personnelle. Cela leur permet de surcroît d’entendre les raisons qui motivent le refus.

Toutefois, certains candidats sont plus à l’aise par écrit. Refuser une proposition d’emploi par mail peut très bien passer à condition de rédiger une réponse personnelle, courtoise en expliquant clairement pourquoi on décline l’offre.

A partir du moment où le refus est exprimé avec tact, il n’y a aucune raison d’être blacklisté par l’entreprise.

 

Exposer clairement les raisons du refus

De nombreuses raisons peuvent pousser un candidat à refuser un poste et le recruteur est en mesure de les comprendre et même de reconsidérer sa proposition. En effet, il n’est pas rare qu’après discussion, une meilleure rémunération ou des conditions de travail plus souples soient offertes au candidat pressenti par le recruteur comme un collaborateur à forte ajoutée.

Car l’entretien constitue pour l’entreprise une formidable opportunité de mesurer l’adéquation entre la personnalité d’un candidat et la dimension humaine requise pour le poste à pourvoir, mais c’est également le moyen de vérifier sa compatibilité avec les processus de l’entreprise, ses managers, ses objectifs et sa culture.

 

Personne ne reprochera à un candidat d’avoir décliné une offre si le refus est signifié avec tact et dans un délai raisonnable. D’ailleurs, il est fréquent qu’un postulant ayant décliné l’offre d’une entreprise s’y voit proposer une autre opportunité.