À moins d’être le patron ou de travailler à son propre compte, on a toujours un supérieur qui nous dicte ses directives et demande des comptes. Mais comment gérer la relation lorsqu’elle devient conflictuelle ?

Éviter que la tension ne se transforme en conflit

Lorsque la tension s’installe dans la relation, il est essentiel d’être factuel. Il faut analyser la situation au travail sur les derniers mois. Cela permet de déterminer si le climat tendu résulte d’une impression ou correspond à une réalité.

Parfois le ton qui monte n’est que le fruit d’une mauvaise communication. Les tâches à accomplir ou les moyens mis à disposition ne sont ceux annoncés, ou ont été mal compris et dans ce cas, il est préférable de jouer cartes sur table pour clarifier la situation. Si le message est entendu, cela peut permettre de relancer le dialogue et de refaire un point sur les objectifs et les moyens impartis. Ce type de discussion peut également renforcer la collaboration.

Dans le cas où une faute a été commise. Il est essentiel de rechercher des pistes de solutions à proposer à son supérieur. Cela montre que l’on veut régler la situation et contribue généralement à apaiser les tensions et les esprits. Afin de à trouver ensemble une issue au problème.

Mais attention à ménager les egos. Il faut garder en tête que le but d’une telle approche est avant tout d’ouvrir le dialogue. Avoir les coudées franches ne fonctionne malheureusement pas avec tous les managers. Cela peut faire l’effet d’une véritable bombe avec un supérieur susceptible d’interpréter cette approche comme un manque de respect.

Gérer la situation lorsque le conflit est bien là

Il arrive que les tentatives de dialogue se soldent par un échec, le supérieur refusant de communiquer. L’intervention d’un tiers, voire d’un médiateur peut être la solution pour sortir de cette situation.

Tout en réfléchissant pour trouver un moyen de sortir du conflit,  il est nécessaire de faire preuve d’une extrême prudence. Exécuter les travaux assignés dans le cadre de la fonction. Demander des explications en ce qui concerne d’éventuelles autres tâches, ceci afin de conserver un rapport équilibré. Être trop malléable est en effet perçu comme un signe de faiblesse. Cela ne fait que contribuer à instaurer un rapport de force au profit de la direction.

Si malgré toutes les précautions possibles, le supérieur campe sur ses positions, il doit savoir que son subalterne ne craint pas pour sa place et connaît ses droits. En cas de dénigrement manifeste, par exemple, l’employé peut reprendre les propos de celui qui crée le conflit, si possible en présence de témoins.

L’employé doit tenir bon et ne pas se mettre en défaut. En faisant notamment le travail demandé et dans les temps. Si la tâche assignée est impossible à accomplir telle que demandée par manque de moyens ou de temps, il doit avertir sa direction le plus tôt possible et par écrit (par exemple par email).

 

Il arrive parfois que le climat devienne tendu avec son supérieur hiérarchique. Lorsqu’il s’agit essentiellement d’un problème de communication, la situation peut s’arranger. Dans  le cas contraire, il est essentiel de prendre toutes ses précautions pour se protéger. (Ne pas se mettre en défaut.) Si malgré tout, si la situation perdure, rendant impossible tout épanouissement au poste, il peut être préférable de changer de service, voire d’entreprise.